C'est une année à champignons, à intoxications aussi selon l'Anses et les Centres anti-poison qui recommandent de ne pas cueillir les champignons en cas de doute.

La saison des champignons bât son plein, les intoxications aussi ! 181 cas d'intoxication depuis le 15 septembre selon l'Anses qui alerte "restez vigilant" et fait des recommandations dans communiqué du 29 septembre 2017

Ces intoxications sont pour l’essentiel "la conséquence d’une confusion entre les bons et mauvais champignons », selon l'INVS (Institut national de veille sanitaire).

En effet, certains champignons vénéneux sont de véritables sosies des comestibles. Quelques exemples : le bolet à pied rouge est excellent, le bolet à chapeau laqué peut causer des troubles digestifs s’il est mal cuit, le bolet de Satan est vénéneux. La chanterelle ou girolle c’est bon mais pas son sosie le pleurote de l’olivier. 

D’autres sont comestibles sous réserve d’être un fin connaisseur surtout s’ils ont le même nom (amanite, russule etc.) ou se font beaux pour vous séduire (clavaire). Et bien des comestibles sont en mauvais état ou situés à proximité d’un site pollué notamment par les pesticides et donc à risque.

En cas d’apparition des symptômes d’intoxication (diarrhée, vomissements, troubles digestifs sévères ou de la vue, tremblements, vertiges) appeler vite le 115 ou le 15 ou un centre antipoison aux numéros indiqués ici http://www.centres-antipoison.net/

Notez l’heure du repas et conservez des restes y compris de vomissements.

bilan des intoxications et recommandations de VigilAnses

 

Les recommandations de l’INVS et de l'Anses

- Ne pas ramasser un champignon dans le doute ;

- cueillir uniquement les spécimens en bon état et prélever la totalité du champignon (pied et chapeau) afin de permettre l’identification si besoin est ;

- éviter les sites pollués (bords de routes à circulation dense, aires industrielles, décharges, zones d’épandage des pesticides etc.). Il faut en effet savoir que les champignons concentrent les polluants ;

- déposer les champignons séparément par espèce (un champignon vénéneux ou douteux peut contaminer les autres)  dans une caisse, un panier ou un carton, jamais dans un sac plastique accélérateur de pourrissement ;

- bien se laver les mains après la récolte si vous n’utilisez pas de gants ;

- ne pas consommer sa récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste notamment si plusieurs espèces cueillies (pharmaciens, mycologues) ;

- attention à la conservation des champignons dans un endroit frais ou au frigo et les consommer dans les deux jours maximum après la cueillette ;

- les consommer en quantité raisonnable après une cuisson suffisante et ne faites pas les malins en les croquant crus.

Pièce jointe : la fiche du ministère de la Santé.

 

Rappel de la règlementation sur la cueillette :

cueillir les champignons dans les règles

Document à télécharger: 

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.