Les nouveaux moyens de mobilité urbaine

Les nouveaux moyens de mobilité urbaine

Dans le cadre d’une campagne de prévention de la sécurité routière intitulée « opération lumière et vision », nous attirons votre attention, en cette période de l’année où la nuit tombe de plus en plus tôt à bien respecter les équipements obligatoires de vos engins de locomotion (scooter, vélo, trottinette), notamment les lumières.
Nous vous invitons à vous rendre sur le site internet de la prévention routière afin de vous sensibiliser à la problématique (voir lien ci-dessous).
 
 
 

Mobilité urbaine et nouvelles catégories de véhicules

Draisienne, cyclomobile légerLes cyclomobiles légers, homologués, peuvent circuler sur les pistes cyclables. Ils sont adaptés à la mobilité urbaine.
Il s’agit d’un véhicule à 2 roues, sans pédales, dont la vitesse est limitée à 25 km/h par construction, et qui dispose d’un moteur de moins de 350 W. Il transporte une seule personne.
Il est entré dans le Code de la route avec un décret du 14 janvier 2022.
Nouveau en 2022

Les engins de déplacement personnel (EDP) ont fait leur entrée, comme nouvelle catégorie de véhicule, dans le code de la route : le décret n° 2019-1082 du 23 octobre 2019 (au JO du 25 octobre) définit leurs caractéristiques techniques et leur usage, circulation et stationnement, sur la voie publique.

  • Les engins de déplacement personnel non motorisés (skate-board, roller, trottinette…) ou EDP peuvent être utilisés sur les espaces dédiés aux piétons, notamment les trottoirs… à condition qu’ils circulent au pas.
  • Les engins de déplacement personnel motorisés ou EDPM (notamment la trottinette électrique) font l’objet d’une réglementation spécifique depuis le 25 octobre 2019 (voir plus bas).

Gyropode en villeQuelques exemples, en plus de la trottinette :

  • le gyropode – Deux grosses roues, une plateforme pour poser ses pieds et un guidon. Il faut pencher le corps : en avant pour avancer, en arrière pour freiner. Et pour tourner, il faut pencher le guidon vers la droite ou vers la gauche. Peut atteindre 20 km/h ;
  • le monocycle (ou gyroroue ou wheel) – Une seule roue et deux pédales (rétractables) de chaque côté. Se manœuvre comme le gyropode. Certains modèles peuvent rouler au-delà de 30 km/h ;
  • l’hoverboard – Deux petites plateformes entre deux roues – Peut atteindre 15 km/h.

Les EDPM soumis à réglementation

 

À Savoir
Un choc à 25 km/h équivaut à une chute du 1er étage d’un immeuble.
La sécurité de ces engins pose de nombreuses questions : stabilité, solidité, adhérence, conflits avec les autres usagers, responsabilité en cas d’accident, verbalisation, etc. Les risques sont réels. Il est impératif de respecter la réglementation et de rester vigilant.

 

Voici les mesures introduites par le décret n° 2019-1082 du 23 octobre 2019 complété par les arrêtés des 24 juin et 22 juillet 2020, pour les engins de déplacement personnel motorisés : trottinette électrique, hoverboard, gyropodes, monoroue…

Se conformer aux règles générales

  • Avant 12 ans, pas question de se lancer sur un EDP motorisé.
  • Il s’agit de mode de transport individuel : il est proscrit de s’y déplacer à plusieurs. 
  • Ni écouteurs ni téléphone.
  • C’est une catégorie de véhicule terrestre à moteur qui doit être assuré.
  • Pour circuler sur la voie publique, l’engin est conçu pour ne pas dépasser 25 km/h.

S’équiper

  • Rétroréfléchissant. Un vêtement ou un équipement (gilet, brassard…) rétro-réfléchissant s’impose à l’usager quand la visibilité est insuffisante ou de nuit, y compris en ville.
  • Casqué. Comme à vélo, le casque est fortement recommandé.
  • Indispensables. Depuis le 1er juillet 2020, les EDPM sont équipés de feux de position avant et arrière, de catadioptres arrière et latéraux, d’un système de freinage et d’un avertisseur sonore.

Respecter les règles de circulation

  • Pas de circulation sur le trottoir pour les EDPM, sauf s’ils sont tenus à la main.
  • En ville, toujours circuler sur la piste ou la bande cyclable (quand elle existe) ; s’il n’y en a pas, sur les voies dont la vitesse est inférieure ou égale à 50 km/h.
  • Hors agglomération, utiliser piste cyclable ou voie verte.
En fonction des circonstances locales (sécurité, fluidité du trafic…), le maire peut interdire l’usage des EDPM sur certaines parties du territoire de sa commune. Par ailleurs, il peut autoriser la circulation des EDPM sur le trottoir. A condition de rouler au pas.

 

Trottinette mobilité urbaine

Et hors agglomération, les élus locaux peuvent autoriser les EDPM à rouler sur les routes dont la vitesse maximale atteint 80 km/h. A condition de porter un casque et un équipement rétro-réfléchissant, de disposer d’un éclairage complémentaire et d’allumer les feux de position de l’engin.

Le rôle des élus locaux

→ → → Les sanctions
– Toute infraction à la circulation, y compris le transport d’un passager, est une contravention de la 2e classe sanctionnée d’une amende de 35€.
– Circuler sur le trottoir ou sur un engin débridé est une contravention de 4e classe, sanctionnée d’une amende de 135€.
– Circuler sur un engin dont la vitesse, à la construction, est supérieure à 25 km/h, est une contravention de 5e classe, sanctionnée d’une amende de 1 500 €.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.